Scrum : guide pour développer votre projet

Scrum est une méthodologie pour créer, développer et gérer un projet. Son but premier est de rendre votre équipe agile plus performante. Si vous souhaitez développer un projet ardu, vous devriez faire appel à cette méthode qui vous permettra de gagner du temps d’une part, mais également de créer une cohésion d’équipe où chacun saura faire appel à son savoir-faire et ses compétences. Mais en quoi consiste la méthodologie Scrum ? À quel type d’équipe s’adresse-t-elle ? Comment a mettre en place pour gérer votre projet ? Mode d’emploi pour vous aider à comprendre le rôle de la méthode Scrum et faire vos premiers pas pour l’appliquer.

Scrum : qu’est-ce que c’est ?

La méthodologie Scrum vous permet de mieux gérer un projet complexe. Cette méthode repose sur la cohésion d’équipe, car elle permet aux membres de mieux communiquer autour du projet, des tâches et de leur échéance dans un esprit collectif. En adoptant Scrum, vous serez certain que votre projet sera mieux géré et pourra aboutir plus rapidement tout en évitant certaines erreurs.


Scrum souhaite s’appuyer sur chaque membre de l’équipe agile dont les compétences et le savoir-faire diffèrent selon le niveau d’expertise. Par exemple, les équipes encouragées par Scrum ne font pas de distinction entre un développeur et un technicien, car ils doivent travailler tous ensemble pour la réussite du projet. Par ailleurs, Scrum permet aux membres de l’équipe de mieux communiquer autour du projet, cela permet que les tâches soient assignées aux bonnes personnes d’une part, mais également que le projet évolue dans de bonnes conditions.

Cette méthode convient généralement au développement d’un projet informatique comme un logiciel, mais cela ne vous empêche pas de l’appliquer pour n’importe quel travail qui se fait en équipe. En effet, Scrum vous permet d’apporter un cadre à un projet grâce à des outils utiles pour toute l’équipe, du chef de projet au technicien.

Comment fonctionne cette méthodologie ?

La méthode Scrum s’adresse donc à un travail d’équipe autour d’un projet. Généralement, les équipes les plus efficaces sont les équipes agiles où on distingue différents métiers. Chaque membre de l’équipe aux compétences et au savoir-faire distinct travaille ensemble en apportant chacun leur pierre à l’édifice.

Pour bien gérer votre projet, la méthodologie Scrum s’appuie sur trois rôles au sein d’une équipe globale.

  • Le Scrum Master
  • L’équipe
  • Le propriétaire du produit

Le Scrum Master joue le rôle de meneur afin de motiver l’équipe qui l’entoure. Sa tâche est d’encadrer le projet en s’assurant de respecter à la lettre la méthodologie Scrum. Il entoure son équipe donc doit permettre à chacun de communiquer sur le projet. Son but est de faciliter cette cohésion d’équipe, mais également de favoriser les compétences des membres de ce collectif tout en les incitant à être concentré et plus productif.

Ensuite, le second rôle à identifier dans la méthodologie Scrum est l’équipe qui représente les fondations de votre projet. Les membres de ce collectif ont des compétences différentes ce qui leur permettent d’accomplir de nombreuses tâches pour mener à bien leur projet. Certains sont développeurs, d’autres testeurs et d’autres techniciens. Leurs différents savoir-faire apportent une expertise pour exécuter chaque tâche. Le nombre de membres varie selon le type de l’équipe et la complexité du projet. Si vous optez pour une équipe agile – meilleur choix pour la méthode Scrum – généralement son nombre est assez restreint (entre 6 et 15 personnes par exemple), mais d’autres équipes peuvent atteindre jusqu’à 200 personnes.

Le troisième et dernier rôle préconisé par la méthodologie Scrum est le propriétaire du produit développé (ou product owner) dont les tâches peuvent se coupler à celui du Scrum Master. En effet, il joue également le rôle du cadre du projet, car il permet de le structurer en débutant par faire la liste des fonctionnalités du produit, mais également planifier les différentes tâches pour développer ces fonctionnalités. En optant pour Scrum, il hiérarchise également les fonctionnalités à créer et à déployer tout comme celles qui nécessitent des corrections. Une fois que l’équipe a effectué les tâches pour développer l’une des fonctionnalités du projet alors le product owner est en charge de les approuver ou non.

ll joue également le rôle de tampon entre l’entreprise et l’équipe afin que chaque partie comprennent les enjeux du développement de ce projet. Si vous souhaitez appliquer la méthode Scrum, il est conseillé d’avoir un seul product owner afin d’éviter que les consignes soient différentes selon la personne, cela pourrait à la fois perturber l’équipe, mais également le projet.

Si l’on devait situer ces rôles dans l’espace selon la méthode Scrum, alors on verra le propriétaire du produit en charge de classer les priorités (on appelle cela le Backlog product dans le langage Scrum) ensuite il transmet aux équipes ces informations (Backlog du sprint dans le vocabulaire de la méthode Scrum) ensuite le développement du produit (Sprint) est en cours et dure généralement seulement quelques semaines – les membres de l’équipe et l’Owner product continuent de communiquer les uns avec les autres – avant de rendre le produit potentiellement livrable.

Ses principes

Comme nous l’avons vu, Scrum est une méthodologie prônant la communication entre les membres d’une équipe qui a pour but de développer un projet. Elle est la méthode la plus populaire auprès des développeurs, car elle s’applique parfaitement au développement d’un logiciel informatique. Ce qui la distingue des autres méthodes ? Les logiciels informatiques sont développés en très peu de temps – seulement quelques semaines.

L’avantage de la méthode Scrum permet de repérer plus facilement les erreurs, car le temps du développement du logiciel est court donc on se rend compte plus rapidement des erreurs à corriger tout en ayant un retour d’usager.

La méthode Scrum pour le développement d’un projet s’appuie sur un travail au rythme rapide – afin de pouvoir livrer produit en seulement quelques semaines – et à une communication constante entre chaque part. Avant tout, la clé est la planification complète. Chaque tâche doit être classé selon sa priorité pour suivre la méthodologie Scrum et il faut prévoir une marge de changement durant le développement du produit, car le savoir-faire de l’équipe permet à chacun de proposer des idées. Ensuite, il est important que chaque membre de l’équipe revoie le début de la tâche en cours afin de s’assurer que tout est correct d’une part, mais aussi se donner les moyens d’améliorer ce qui pu être fait. S’il rencontre des problèmes, il doit pouvoir communiquer avec le reste de son équipe. L’entraide et la communication sont les bases de la méthode Scrum.

Mode d’emploi pour se lancer sur Scrum

Maintenant que vous connaissez les principes de la méthodologie Scrum, vous souhaitez l’appliquer à votre projet ? En apparence, la méthode Scrum peut s’avérer complexe, mais pas à pas vous allez pouvoir la proposer afin de développer des produits rapidement, créer une réelle vision collective et profiter des erreurs pour améliorer votre produit. Tout d’abord, voici les critères pour être certain que la méthode Scrum fonctionne dans votre cas. Avant tout, sachez que Scrum est l’une des méthodes les plus connues des développeurs donc si la création de votre produit est un logiciel alors fermez les yeux et lancez-vous.

Dans votre espace de travail, vous devez prévoir de libérer un mur, mais également de nombreux post-its et des stylos et un livre pour vous guider dans cette méthode à chaque étape – pour cela nous vous conseillons Scrum et XP depuis les tranchées.

Pour bien comprendre les enjeux de la méthodologie Scrum, voici les étapes importantes du développement de votre projet :

  • créer une vision de votre projet
  • se réunir pour planifier les tâches
  • le sprint
  • réunions quotidiennes
  • suivre les avancées via un graphique
  • réunion de revue du sprint hebdomadaire
  • réunion de rétrospective du sprint hebdomadaire

Pour bien débuter votre projet en suivant la méthode Scrum, vous devez créer une vision de votre projet. Dans le cas du développement d’un logiciel, vous devez établir la liste (on l’appelle le backlog product dans Scrum) des fonctionnalités que vous souhaitez incorporer avant de les hiérarchiser par ordre d’importance (vous devez mettre sur le podium de votre liste d’exigences auxquelles doivent répondre les fonctionnalités). Cette liste permettra de piloter les équipes tout au long du développement du projet. Pour bien suivre la méthode Scrum, vous devez permettre à votre équipe de la modifier à tout moment, car elle permettra :

  • de tirer le meilleur chez vos collaborateurs
  • d’aider à proposer et développer des idées
  • de permettre à vos collaborateurs d’être force de proposition

La mise en place de ce backlog product doit être faite par l’équipe, mais également par le product owner. Pour bien suivre la méthode Scrum, ce travail doit se faire à plusieurs pour assurer sa réussite.

Une fois que vous avez préparer une première liste des exigences à transformer en fonctionnalités (faites le rapidement, car elle risque de changer tout au long de l’évolution du projet donc inutile de trop s’attarder au départ), vous pouvez commencer le projet en respectant chacune des étapes de la méthode Scrum.

Dans un premier temps, Scrum incite le product owner et l’équipe à débuter en délimitant la période du sprint. Généralement la méthode Scrum s’applique à une durée courte de deux à quatre semaines.

Ensuite, une première réunion est conseillée par Scrum il s’agit d’une réunion permettant de planifier les tâches à accomplir et durant laquelle chacun va définir le « quoi » et le « comment » de votre projet. Si votre product backlog est bien défini, vous pouvez commencer à planifier vos tâches et ainsi commencer à mettre en place des échéances pour le bon déroulement du projet. Votre équipe de développement doit bien vérifier si les exigences peuvent devenir des fonctionnalités concrètes et si elles sont réalisables en temps et en heure. Une fois que tout est en ordre, elle prévoit comment ces fonctionnalités vont voir le jour. Pour cela, elle prépare des tâches qui seront organisées dans un tableau.

Pour réaliser ce tableau, vous pouvez faire appel à la méthodologie Kanban. Pour cela, sur le mur que vous avez mis à disposition de l’équipe, elle va créer trois colonnes :

  • tâches à faire
  • tâches en cours
  • tâches réalisées

Chaque tâche doit être écrite sur un post-it et vous pouvez ajouter des tâches secondaires aux taches principales en changeant la couleur du post-it par exemple.

L’autre outil que vous pouvez utiliser pour suivre l’évolution est de votre projet est le « graphique d’avancement » sur lequel vous pouvez noter les exigences, les tâches et le temps consacré pour l’effectuer. Vous devez le mettre à jour suivant l’avancée de votre tableau.

Une fois que cette réunion est terminée, votre équipe peut se mettre au travail durant deux à quatre semaines (selon la durée du sprint que vous avez défini). Selon l’avancée de l’équipe de développement, le backlog product risque d’être modifié. L’équipe effectue un travail horizontal et non vertical. Tout au long du sprint, le tableau des tâches doit être modifié en fonction de l’évolution du projet afin que chacun soit au courant et que la communication soit fluide. Durant toute la période du sprint, l’équipe de développement sera en lien avec le product owner afin de l’aider à mettre à jour le blacklog product.

En parallèle du sprint, vous devez prévoir une réunion quotidienne pour permettre la communication entre les équipes de développement et le reste des acteurs liés au projet. La méthode Scrum vous propose de l’effectuer debout afin qu’elle soit rapide et que ses participants soient dans une position active. Cette réunion permettra de discuter des avancés, des difficultés rencontrées et mettra en place un esprit de cohésion puisque si un membre rencontre un problème alors un autre peut l’aider grâce à ses compétences. Grâce à cette réunion, le Scrum master saura exactement quel accroc peut rencontrer un des membres de l’équipe. Une fois terminé, le graphique d’avancement doit être mis à jour pour que chacun soit en accord sur les avancées du projet.

Deux autres réunions sont également à organiser, mais celles-ci sont hebdomadaires. Si votre sprint dure quatre semaines alors vous devrez en organiser quatre. Si l’un de vos sprints est réalisé, vous devez une réunion « revue de sprint » de Scrum afin que chacun puisse revenir ensemble sur la le processus de développement et ce qu’il reste à accomplir. Le product owner doit alors approuver ou non la fonctionnalité. Si ce n’est pas le cas, elle doit être retravaillée. Sa durée est d’une heure. Après celle-ci, pensez à bien mettre à jour votre graphique et votre tableau des tâches.

L’autre réunion hebdomadaire préconisée par Scrum est la « rétrospective de sprint ». Le Scrum Master est au coeur de ce comité, car son but est l’échange d’idées entre chaque membre de l’équipe. Vous pouvez par exemple demander au collectif de lister les bons aspects du sprint réalisé (ce qui leur a plu, les a motivé, etc.), mais également les aspects négatifs afin que tous ensemble vous trouviez une solution. Chacun peut s’exprimer à l’oral, mais si vous remarquez que certains ne sont pas à l’aise, vous pouvez utiliser des post-its sur lesquels ils écriront leur ressenti sur le développement du sprint réalisé. Attention à bien expliquer à votre équipe qu’il ne s’agit pas seulement de l’aspect technique, mais vous pouvez aborder la méthode d’organisation, les relations humaines ou encore l’ensemble des outils nécessaires.

Ceci est un mode d’emploi pour bien mettre en place votre méthode Scrum, mais nous vous conseillons d’approfondir vos connaissances en consultant des guides plus complets.

Images : igmguru.com, pentalog.fr, ryte.com

Vidéos : youtube.com

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de