Un nouveau QG pour les Geek à Toronto avec Google !

Google est en constant développement. Pour ce géant du numérique, tous les secteurs sont intéressants et lui permettent de se développer. Son dernier projet a été dévoilé il y a quelques mois maintenant et fait l’objet d’un débat que l’on se doit de prendre en compte. Dénommé Quayside, il s’agit d’un quartier qui serait une représentation de la vie dans un monde où tout serait numérisé. Bien que ce projet semble novateur, la communauté Canadienne émet encore quelques doutes face à sa réalisation. Quels sont les limites et spécificités de ce projet de Google ? Voici tout ce qu’il y a à savoir sur le sujet pour mieux en comprendre le fonctionnement.

Un quartier entier pour la filiale de Google

C’est sur une surface de 324 hectares que le district IDEA va s’étendre. Un endroit qui permettrait de créer plusieurs blocs qui seraient destinés à des habitations, des centres commerciaux et de nombreuses institutions en tous genres. Le quartier Quayside mis en place dans ce projet quant à lui fait dans les 4,8hectares à lui seul. En tout, il sera composé de 4300 logements où les locataires pourront faire l’expérience d’une ville entièrement numérisée. Comme il s’agit d’un quartier commercial, le Quayside sera également un projet qui permettra de créer des emplois. Le nombre pourrait aller jusqu’à 44 000 postes d’ici une vingtaine d’année, ce qui est un tremplin des plus intéressants pour l’économie canadienne et celle des environs. A terme, il permettrait de générer jusqu’à 4,3 milliards de dollars tous les ans.

Le projet soumis à controverse

Si le projet de construction met en avant de nombreux avantages pour la communauté canadienne, elle fait également l’objet de plusieurs doutes. C’est d’ailleurs ce qui pousse ces derniers à lancer un débat sur le mode de fonctionnement et de gestion de ce quartier. Face à de tels critiques, Google ainsi que sa filiale Sidewalk qui est en charge de la réalisation du projet ont décidés de mettre en avant un rapport de plus de 15 pages qui répondrait à toutes les questions qui peuvent se poser. De quoi rassurer les habitants et autorités environnants pour une meilleure compréhension de la construction de Quayside.

Des critiques de la communauté canadienne

Les instances politiques canadiennes sont celles à douter le plus de la création du Quayside. Pour ces derniers, les doutes se font principalement ressentir au niveau de la gestion de cette dernière. Les terrains seront-ils achetés par la filiale de Google dans le but de réaliser ce projet ? Ou seront-ils cédés à Sidewalk en fonction des engagements des autorités locales pour faciliter le développement économique de la région ? Toutes ces questions tournent en bouclent pour la réalisation de ce projet. Pour ce qui est du mouvement BlockSideWalk, ces derniers estiment que le géant du numérique agit de sorte à obtenir les parcelles à moindre coût pour la réalisation de leur construction.

Un projet respectant les régulations urbaines

Soucieux du respect des réglementations, Google ainsi que sa filiale Sidewalk rassure les habitants de Toronto ainsi que les instances politiques sur place concernant la réalisation de son projet. Contrairement aux rumeurs qui se propagent, le géant du numérique ne fera ses constructions qu’à partir du moment où les autorités principales donneront leur accord. Aucune des deux entreprises ne seraient d’ailleurs en charge du projet car tout reviendrait aux institutions publiques afin que tout se fasse dans les meilleures conditions possibles.

Quayside : Un projet aux nombreux points forts

A travers Quayside et le district IDEA, Google met en valeur son intérêt pour Toronto. Il s’agit d’un projet qui permettrait de valoriser les avancées technologiques ainsi que la culture Geek. Selon les concepteurs de ce projet, une fois le quartier terminé, il serait déterminé comme l’un des plus innovants qui soit. L’une des spécificités de ce projet réside dans sa construction totalement en bois. Etant soucieux de notre environnement, Google souhaite y promouvoir l’utilisation de l’énergie renouvelable. De par la qualité de cette construction, elle est prévue pour être plus résistantes que les projets de rénovations dans la région. Les crues printanières n’auraient notamment aucun effet sur les logements prévus par le géant du numérique à Toronto.

Photos: politico.com, usinenouvelle.com, amazonaws.com

Vidéos : Youtube.com

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de